Télé-services locaux

Retrouvez tous les télé-services de la ville de Linas dans la liste ci-dessous !

Agenda des manifestations

Consultez en un clic toutes les manifestations organisées dans la ville de Linas !

>> Voir toutes les manifestations

Partenaires de Linas

Découvrez l'ensemble des acteurs et partenaires de la ville de Linas !

19 Août 2002 : les infrastructures

A moins de trois semaines de l'ouverture officielle du centre national de rugby de Marcoussis, nous vous proposons une visite guidée en quatre épisodes. Aujourd'hui, gros plan sur les infrastructures destinées à l'entraînement de l'équipe de France.

Un immense parc de 20 hectares, des équipements flambant neufs, cinq terrains d'entraînement high-tech : l'élite française du rugby se prépare à recevoir un beau cadeau de rentrée. Vainqueur cette année du Tournoi des Six Nations en réalisant le Grand Chelem, le XV de France disposera enfin à Linas-Marcoussis, sur le domaine de Bellejame, d'un lieu à la hauteur de ses ambitions. Tout comme les footballeurs ont leur propre centre à Clairefontaine (Yvelines). Le site ouvre officiellement ses portes début septembre et doit être inauguré en novembre par le président de la République en personne.

Rideau d'arbres et grillage de 2,50 m

Ancien entraîneur des Bleus et désormais directeur sportif du centre national de rugby (CNR) de Linas-Marcoussis, Jean-Claude Skrela ne peut que se réjouir. « Lorsque j'entraînais l'équipe de France au château de La Voisine, propriété du groupe Pernod-Ricard à Clairefontaine, nous devions sans cesse jongler entre plusieurs terrains, se souvient-il. Aujourd'hui, ce n'est plus possible, les enjeux sportifs sont devenus trop importants. » Tout est mis en oeuvre pour que les joueurs se sentent à leur aise. Environ dix semaines par an, ils disposeront de trente chambres réservées. Une première équipe de kinés et de médecins sera à leur disposition dans le bâtiment des vestiaires à proximité des terrains d'entraînement. Une deuxième les soignera à quelques mètres de leurs appartements. En sortant de leur chambre, ils pourront se relaxer à la piscine, dans un jacuzzi ou en faisant une partie de billard. Pour accéder aux terrains, se rendre en salle de presse ou rencontrer leurs sponsors, les joueurs n'auront que quelques pas à faire. Une passerelle privée et vitrée leur permettra de rejoindre leur restaurant, où les menus seront élaborés par une équipe de diététiciens. Dans l'immense salle de musculation, dotée d'appareils dernier cri, les Bleus pourront s'entraîner au sprint sur la piste expressément réclamée par leur entraîneur, Bernard Laporte. Juste à côté, un vaste bassin sera entièrement consacré aux massages aquatiques de la balnéothérapie. Quant aux entraînements, ils seront possibles jour et nuit et par tous les temps, grâce à un éclairage en extérieur et surtout à la présence de deux terrains synthétiques, dont un couvert, et trois terrains en gazon (lire ci-dessous). Pour le footing matinal, le bois les attend, ainsi qu'une piste d'athlétisme. Un rideau d'arbres et un grillage de 2,50 mètres de hauteur assureront la discrétion de l'entraînement. Et lorsque les séances ne se dérouleront pas à huis clos, une tribune de 1 000 places pourra accueillir le public. Les jours de match, les joueurs prendront le car pour le Stade de France. Pour Jean-Claude Skrela, l'implantation du CNR en région parisienne était une nécessité. « Les matchs se jouent à Paris, souligne-t-il. Et puis c'est ici que le grand jeu médiatique se déroule. Nous avions déjà ouvert un centre national à Agen (Lot-et-Garonne), mais ce fut un échec total : personne ne faisait le déplacement. » Quelle que soit l'opinion que se feront les rugbymen sur Bellejame, Jean-Claude Skréla annonce le programme : « Les stages du XV de France à l'extérieur ne seront pas abandonnés pour autant. Changer de milieu de temps à autre reste indispensable. »

DES PELOUSES SPECIALEMENT CONÇUES

En cas d'intempéries, les joueurs ne seront pas condamnés à patauger dans la boue. Ils pourront se réfugier sur deux terrains synthétiques spécialement conçus pour le rugby, dont l'un couvert, uniques en France. Les recherches pour la mise au point de la surface, menées par la société Desso DLW, se sont étalées sur un an. Pour garantir la résistance du terrain et éviter les brûlures lors du contact avec le sol, le revêtement dit « soft touch » a été posé sur une couche de sable recouverte d'un tapis en granulat de caoutchouc. Epais de sept centimètres, le revêtement permettra aux joueurs de bien s'ancrer sur le sol, en cas de mêlée par exemple. La société conceptrice de ces terrains compte par la suite commercialiser ce type de pelouse en Grande-Bretagne, en Italie et en Afrique du Sud.

Gazon révolutionnaire

Les trois autres terrains sont en herbe naturelle. La société Paysage de France (PDF) a dû inventer un gazon révolutionnaire grâce à la sélection de vingt-six graines différentes. « Notre contrainte principale a été de réaliser une pelouse praticable trente minutes seulement après une pluie d'orage, souligne Jean-François Malaquin, ingénieur à PDF. Pour y répondre, nous avons travaillé la perméabilité du sol afin de faciliter l'évacuation de l'eau. Nous nous sommes également penchés sur la résistance de l'herbe afin qu'elle reste en parfait état après plusieurs entraînements. » A la différence de la pelouse du Stade de France où le gazon a été posé par plaquage, celui de Marcoussis est naturel. Il a été ensemencé en septembre dernier. Par période de forte chaleur, chaque pelouse peut être arrosée jusqu'à une heure et demie par jour.

CLÉS

  • 46 millions d'euros (300 millions de francs) : le montant de l'investissement consenti aux deux tiers par la Fédération française de rugby, le reste étant financé par la région, le département, les communes de Linas et de Marcoussis, ainsi que des partenaires privés.
  • 300 ouvriers ont été mobilisés sur le chantier, qui a duré un an et demi.
  • 70 personnes travailleront sur le site à partir de son ouverture officielle, début septembre.
  • 10 semaines par an : la durée moyenne des séjours du XV de France dans le domaine de Bellejame.
Submit to FacebookSubmit to Twitter