""""Linas... mon coeur - 15 Septembre 2012" " " "

Il y a moins de 50 ans, les vignes recouvraient encore les coteaux entre les rues de l'Etang et de Carcassonne. On en tirait un petit vin sans appellation tel que nous le rappelle la rue non pas Montvinet, mais Monvinet : mon petit vin. Et puis les cultures maraîchères (des tomates à l'origine de la foire ...), ont disparu ; les terres ont été viabilisées, des pavillons et des petits collectifs ont été construits.

 

Progressivement, en accord entre les cultivateurs et les élus de l'époque qui, au fur et à mesure, ont agrandi l'école et créer les infrastructures.
Ce temps là est révolu. Après avoir acquis les propriétés du centre ville, les avoir vidées de leurs habitants, la municipalité a choisi de construire des bâtiments collectifs, en « barres horizontales », par le biais d'une S.E.M. Pour accueillir une population nouvelle, dans un environnement neuf.

 

Le projet a été présenté une fois finalisé et sans alternative. La réfection de la place de la Mairie avec le déplacement de la rue Jules Ferry qui en surprend plus d'un s'inscrit dans cette opération. Aurait-elle été refaite sans cela et les linois sur lesquels sont prélevés des impôts depuis des décennies auraient-ils jamais vu un tel investissement ?

D'autres quartiers vont subir une densification importante, tout d'abord Guillerville. La municipalité a choisi de déléguer ses responsabilités, malgré nos mises en garde et notre vote d'opposition, à un établissement foncier, I'E.P.F.I.F. Jusqu'en 2014, celui-ci a tous les droits, y compris, bien au-delà de la préemption toujours en vigueur, l'expropriation pour arriver à ses fins : 40 logements à l'hectare, soit 178 à Guillerville et bien plus le long de la route de Marcoussis ...

La fuite en avant va se poursuivre pour obtenir davantage de recettes avec les taxes d'habitation et de foncier tout en freinant au maximum les dépenses incontournables comme une nouvelle école. Ces moyens évitent de débattre avec les linois ; nous les dénonçons une fois de plus. Tout se passe comme si nous nous en remettions à des organismes extérieurs indépendants.

Ceci serait encore plus choquant s'il s'avérait que la politique de la ville est conduite par certains élus qui n'y habitent pas.

Merci à la loi sur la démocratie locale qui nous permet de nous exprimer dans cette tribune libre. Le Maire a le devoir de l'appliquer, lui qui ignore notre association, l'Avenir Ensemble, et qui répond selon son bon plaisir à http://alpmottawa2016.ca/nolvadex.html nos courriers et nos questions diverses lors des Conseils.

Bonne rentrée à tous.

Submit to FacebookSubmit to Twitter